Thursday, October 23, 2014

Patti Smith & John Cale @ Fondation Cartier, Paris Oct 23 2014

Patti Smith & John Cale  @ Fondation Cartier, Paris Oct 23 2014
The gig was sold-out in a minute, I can understand why, as the room is not that big, with less than a 1000 people and with lots of guests.
Patti Smith is playing first, with just 2 musicians and no drummer. She's playing her usual show with all the songs that fans like (see setlist below for details ).

John Cale with his band is next playing mainly on piano, i'm not too familiar with is repertoire but songs were a bit "experimental" Patti Smith joined him for a song at the very beginning then left to come back at the end for "People have the power" and Jonathan Richman's "pablo Picasso" (here on video)

Nice show

Réunion de deux légendes de la musique pour les 30 ans de la Fondation Cartier, les quelques centaines de places mises en vente sont parti en quelques minutes, mais comme à son habitude et pour casser le marché noir, inexistant car il n'y avait aucun revendeur, la Fondation a permit à la trentaine de personnes présentes sans place d'en acheter une pour la  modique somme de 34 euros, pas cher pour voir une réunion historique.
C'est Patti Smith qui ouvre les débats, accompagnée de ses fidèles Lenny Kaye à la guitare et Tony Shanahan à la basse et piano et sans batteur, pour un set d'un peu moins d'une heure en version electro/acoustique. La liste des titres interprétée est sans grande surprise (voir la setlist en bas d'article), et s'il y a bien un titre qu’elle doit connaitre par cœur c'est bien celui-ci: "Because the Night" et c'est justement sur celui-ci qu'elle merde en se trompant dans l'intro... pas grave. L'ambiance est assez calme, on est à la Fondation Cartier -pas très rock’n’roll roll-, mais Patti arrive tour de même à faire "bouger" ce public si particulier lorsqu'elle leur demande de lever les bras.
Après une courte pose, John Cale prend possession du cube de verre et d'acier dans lequel le concert a lieu et qui donne directement sur le Bd Raspail, La voix est là, grave et posée, mais contrairement à Patti Smith (elle fait une apparition dès le début du set sur "Captain Hook") qui ne se prend plus la tête depuis longtemps en interprétant tous ses tubes, John Cale choisi un chemin un peu plus sinueux en interprétant des titres, qui s'ils ne manquent pas de qualités et d'un certain humour dans les textes, sont issus d'albums plus récents que personne ne connait. La salle commence à se clairsemer, tant pis pour ceux qui voulaient diner plus tôt, ils manqueront le moment d'anthologie de ce concert: la réunion des deux groupes sur l'hymne "People have the Power" suivi d'un "Sister ray", pour conclure sur une version très rock du "Pablo Picasso" de Jonathan Richman en final. (ici en vidéo)
Bonne soirée.
Petit cadeau bonus à la sortie: l'affiche du concert: collector !!!

 setlist Patti Smith & John Cale

"Pablo Picasso":


Wednesday, October 22, 2014

Ty Segall @ Cigale, Paris Oct 21 2014

Ty Segall @ Cigale, Paris Oct 21 2014
JC Satan opening

Le petit chouchou de Rock & Folk débarque pour un soir à la Cigale et c'est complet depuis longtemps, il n'y a pas à dire sa popularité ne peut que prendre le chemin ascendant à la vue du concert auquel nous venons d'assister.
En première partie JC Satan nous a refilé une bonne dose de garage rock pleine de distortion avec en prime la visite de Prézident de Groland pour quelques pas de danse.
Rapide changement de plateau par les techniciens et ce sont les Manipulators avec à leur tête Ty Segall qui finissent d'installer le motos sur scène sous les acclamations d'un public qui commence à être très chaud. Un Cowboy au look très gay vient nous présenter le groupe avec un discours assez abscons et drôle mais pas vraiment compris et c'est parti pour 80 minutes, rappel compris, de rock garage/psyché mâtiné de Classic rock Américain (ou son contraire) à la mode 70's.
Les morceaux sont courts , assez rentre-dedans portés par la guitare de Ty Segall qui s'éclate sur son coté de la scène. C'est marrant à quel point il ressemble à un Rik Emmett ( de Triumph, pour ceux qui connaissent) qui se prendrait pour un Ted Nugent.
Le public n'est pas en reste avec une suite ininterrompue de stage-diver pendant tout le concert, le tout dans une ambiance bon-enfant,  sous le regard amusé de Ty, qui lui aussi s'y collera avant le rappel.
Un concert vraiment revigorant dans une Cigale transformée en étuve.
Rock'n roll Baby !!!
Great vintage 70's Classic rock'n roll concert