Friday, May 10, 2019

Steve Lillywhite Masterclass @ Abbey Road Institute, Suresnes, 09 Mai 2019

Steve Lillywhite Masterclass @ Abbey Road Institute, Suresnes, 09 Mai 2019
 Le Abbey Road Institute, école pour futurs ingénieurs du son et producteurs, organise de temps en temps des Master Class pour ses élèves avec des pointures du métier.
Exceptionnellement l'école a ouvert ses portes ( une expérience à renouveler ) aux personnes extérieures. Coup de chance: c'est avec Steve Lillywhite producteur d'une flopée d'albums des U2 mais aussi de Ultravox, Peter Gabriel, The LA's, XTC, Simple Minds, Morrissey, Talking Heads, Johnny Thunders... et le "Dirty Work" des Rolling Stones.
Deuxième coup de chance: le mec est adorable, a plein d'histoires à raconter, il est cash et nous n'avons pas eu droit à "comment enregistrer la batterie et placer les micros".
 Rapide compte rendu:

 Il a commencé en temps que "Tape operator", un travail qui consistait juste à appuyer sur le bouton d’enregistrement et aussi à faire le thé pendant les pauses. Un travail qui a failli s’arrêter très tôt lorsque lors d'une session avec un orchestre classique de 40 musiciens, il a oublié de presser le bouton... lors d'un enregistrement de Serge Gainsbourg.
-Ses premiers pas de producteur ont été avec Ultravox dont il a fait les premières démos. Étant donné qu'il était inconnu, la maison de disque a demandé à Brian Eno de produire (avec Steve à ses cotés.) leur premier disque.
- Son premier succès: un 45t de Siouxsie & the Banshees qui a été dans les charts, ce qui lui a permis de commencer une carrière dans la musique en tant que producteur à part entière. en 1978.
-Le son qui la rendu "célèbre" c'est le troisième album de Peter Gabriel avec de la "gated reverb" notamment sur le son de batterie de Phil Collins, qui est devenu Le Son des années 80. Une grosse batterie bien claquante.
-Le travail d'un producteur c'est de rendre les choses intemporelles. Il a du se remettre en question lorsqu'il s'est rendu compte qu'il avait imposé Le Son pour lequel il était connu à un artiste alors que cela ne lui convenait absolument pas. ( Marshall Creenshaw)
-Lorsqu'on est producteur on peut faire une erreur, mais l'on doit apprendre de cette erreur pour ne pas la faire deux fois.
- Toujours avoir des "antennes" pour savoir ce que l'on peut dire à un musicien ou pas et la façon de le dire.

 Sur les ROLLING STONES:

-Mick Jagger demandait autour de lui qui étaient les producteurs à la mode et faisait sa première sélection comme ça.
- Choisi par Mick Jagger après un processus d'audition un peu spécial: Chaque producteur auditionné ( et il y en a eu plusieurs) arrivait aux studios Pathé Marconi vers minuit, passait la nuit avec le groupe pour bosser et retour à l'hôtel vers 9h du matin. 
- Pour l'anecdote: ce qui l'avait impressionné c'est que tout le staff des Stones jouait à faire sortir la lame de leur couteau acheté à Paris, comme des gros durs. Il a fait la même chose peu après pour faire partie du gang.
-Mick est toujours au courant des tendances du moment alors que Keith reste dans son monde de vieux bluesmen et ne savait pas qui il était.
-L'enregistrement n'a a pas été facile, c'était la guerre entre Mick et Keith qui ne se parlaient pas vraiment. Il a plus d’apprécié traîner avec Ronnie et Keith, c'était plus fun.
- Le groupe n'est pas réputé pour jouer "serré" ("Tight") et Charlie avait un tempo un peu changeant. ( nda: Peut être était-ce la période ou il était raide ?). Avec eux tout est question de "feeling".
- Steve compare le groupe à un mécanisme de montre souvent déglingué et quelques fois tous les éléments se mettent en place parfaitement et là ça joue vraiment bien.
-Il est conscient qu'il a réalisé le pire album des Stones, les chansons n'étaient pas terribles à part "Harlem Shuffle".
- le groupe a fait pire après [ on est pas tout a fait d'accord avec ça, le groupe a sorti de très bons disques les années suivantes ( Steel Wheels, Voodoo lounge, Bridges) ]
- Il a plus appris en travaillant avec eux, qu'eux ont appris de lui.


 Sur U2:

-Contrairement aux autres groupes Irlandais, U2 voulait enregistrer à Dublin et pas à Londres.
-U2 était obsédé par Joy Division dont le producteur Martin Hannett avait produit leur premier 45t
- Suite au suicide de Ian Curtis, leur producteur a refusé de faire l'album de U2 et donc le groupe s'est tourné vers le second de la liste: lui
-Il est passé les voir en concert à Cork pour juger sur pièces, pendant le trajet en voiture de l’aéroport au concert Paul McGuinness ( la manager du groupe) lui a joué une "super" démo qui sonnait en fait pas très bien.
-" A day without me" a été la première chanson qu'il a produit puis après il a fait le disque " Boy" qui n' a pas eu un grand succès commercial.
-La batterie du premier album a été enregistré dans la salle de la réceptionniste parce que la salle avait le bon son contrairement au studio.
-Il ne devait pas produire leur troisième album "War" mais le groupe la rappelé.
- Plus tard dans leur carrière le groupe l'a appelé à la rescousse plusieurs fois quand ils n'avançaient plus sur leur disque dont "Joshua Tree" dont il s'est occupé des titres qui sont devenus les singles.

Morrissey:
Le seul chanteur qui porte des tee-shirt à son effigie

Il a aussi évoqué le leader des LAs ( avec nous) " Un mec bizarre", plus deux -trois autres petites choses...

Une discussion vraiment intéressante avec un producteur adorable qui a répondu à toutes les questions du public (après son monologue) pendant plus de deux heures.
Toujours avec le sourire mais -no filter- sur certains sujets ou certains groupes, on ne peut pas tout vous raconter malheureusement.

Un grand merci à l' Abbey Road Institute d'avoir organisé une telle rencontre